¤ Jusqu'où êtes vous prêts à aller pour survivre ? ¤
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 10

Aller en bas 

??
Elles étaient la reincarnation de reines d'Angleterre
18%
 18% [ 2 ]
Les fées existaient
36%
 36% [ 4 ]
Elles avaient le don de télépathie et pouvait lire dans les pensée de n'importe quel être humain.
45%
 45% [ 5 ]
Total des votes : 11
 

AuteurMessage
Theo
Pitipandadowé
avatar

Nombre de messages : 536
Sexualité : Hétérosexuel
Pouvoir : animorphe aigle
Arme : Arc
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: 10   Sam 11 Aoû - 11:59

L'histoire débute donc en juillet 1917, durant la première guerre mondiale, dans un petit village du nom de Cottingley, dans le West Yorkshire. Wright et sa cousine, Frances Griffiths, sont respectivement agées de 15 et 8 ans quand debute leur mensonge ...
Elles ont reussit a faire croire a de nombreuses personnes ( et notamment au célèbre Conan Doyle ) et pendant plusieurs dizaines d'années que ...

_________________


Du calme!
Car aujourd'hui, c'est le premier jour du reste de ta vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labyrinthe.superforum.fr
Hasegawa Keiko
Reine des Folles
avatar

Nombre de messages : 147
Age : 27
Sexualité : Ca te regarde?
Pouvoir : Sens dévellopés
Arme : Poignard
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: 10   Dim 12 Aoû - 0:44

Quoi? qu'ont-elles osé faire au grand Conan Doyle( fan incoditionnel des sherlock Holmes lol!)

Entout cas moi je dis qu'elles se prenaient pour des reines d'angleterres! XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 10   Dim 12 Aoû - 11:42

Moi j'dirais qu'elles ont fait croire que les fées existent ! xD
Revenir en haut Aller en bas
Kazumi Kyoko
Marmotte Machiavélique
avatar

Nombre de messages : 213
Age : 30
Sexualité : Bisexuelle
Pouvoir : Animorphe : tigre blanc fluorescent
Arme : Epée
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: 10   Dim 12 Aoû - 21:50

Moi je vote pour les fées XD

_________________

Certains sont prêts à faire beaucoup de choses pour survivre...
~ Vampire dans l'âme et Pyromane dans une vie antérieure xD ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labyrinthe.superforum.fr/index.htm
Nila
Votre pire cauchemar
avatar

Nombre de messages : 266
Pouvoir : Animorphe Serpent
Arme : Epee Arc et son serpent
Date d'inscription : 15/04/2007

MessageSujet: Re: 10   Ven 24 Aoû - 12:31

Moi je vote pour la telepathie [Fan ... de pourvoir Psy:D]

_________________
La vie est un combat.
Batez-vous meme en connaissant le vainqueur...moi je vous regarde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 10   Ven 24 Aoû - 14:29

Moi télépathie me paraît le plus logique ^^
Revenir en haut Aller en bas
Dimitril
Le Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 28
Sexualité : hétéro
Pouvoir : 5 sens
Arme : Ninjato
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: 10   Ven 24 Aoû - 23:26

télépati, pk? aucune idée sa parait plus logique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 10   Mar 4 Sep - 14:54

Télépathi je dirais, mais bon, aprés comment elles ont pus faire croire qu'elle pouvait lire dans les pensées des autres... mystére ><
Revenir en haut Aller en bas
Alice Fe
Invité



MessageSujet: Re: 10   Mar 4 Sep - 17:28

Que les fées existaient ( =
Revenir en haut Aller en bas
Theo
Pitipandadowé
avatar

Nombre de messages : 536
Sexualité : Hétérosexuel
Pouvoir : animorphe aigle
Arme : Arc
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: 10   Jeu 6 Sep - 18:17

Voici l'une des supercheries les plus incroyables du 20eme siècle. Cette histoire insolite est celle d'un simple mensonge enfantin, qui souleva la controverse partout sur la planète et ce, jusqu'à sa démystification, environ 66 ans plus tard par les aveux d'une des auteurs de cette impressionnante imposture.
L'histoire débute donc en juillet 1917, durant la première guerre mondiale, dans un petit village du nom de Cottingley, dans le West Yorkshire. Elsie Wright et sa cousine, Frances Griffiths, sont respectivement agées de 15 et 8 ans lorsque, pour la première fois, elles déclarent au père de Elsie qu'elles voient et s'amusent avec des fées dans le boisé entourant la maison. Leur père est incrédule et ne veut pas croire ces histoires et devient bien vite agacé par les multiples déclarations de sa fille à cet égard.
Cependant, les deux fillettes avaient bien l'intention de prouver à ce dernier que leur récit était vrai. Elles empruntèrent donc son appareil photo pour aller prendre quelques clichés de ces fées. C'est le père lui-même qui développa les photos dans sa chambre noire et, à sa grande stupéfaction, il y vit effectivement 4 petites fées comme l'avaient mentionné les fillettes. Sur la photo, on peut y voir Frances, fixant directement l'appareil, avec une petite chute d'eau à sa droite et les fées, les ailes étrangement statiques, dansant devant elle.






Cependant, malgré cette photo très impressionnante, leur père reste sceptique et rationnel. Il ne croit pas aux fées, et refuse d'y croire. C'est probablement pour le convaincre et faire taire ces moqueries que, environ un mois plus tard, les fillettes empruntent de nouveau son appareil photo pour prendre une seconde photographie. Sur cette image, nous pouvons voir Elsie, assise devant le boisé, tendant la main à un gnome.






Même après avoir vu cette deuxième preuve, le père reste fidèle à sa pensée. Les jeunes filles en parlent à leur famille, leurs amis, leurs professeurs d'école... Personne ne veut les croire. Cependant, la mère de Elsie est moins sceptique que son mari et, en 1919, elle amène les photographies des fillettes à une réunion d'un groupe théosophique et y montre les clichés. Les photos font évidemment sensation.
À cette réunion ce trouvait une femme du nom de Edward L. Gardner, un membre de la Société Théosophique et conférencier militant qui croit à l'existence des fées, des lutins et autres féeriques du même genre. Il voit, à travers de ces images, la preuve irréfutable de l'existence des fées. De fils en aiguille, c'est en mai 1920 que cette nouvelle vint aux oreilles de Arthur Conan Doyle, le père de Sherlock Holmes.
Conan Doyle est en pleine rédaction d'un ouvrage portant sur l'existence des fées lorsque cette nouvelle vint à ses oreilles, et de ce fait, il fait des pieds et des mains pour voir ces fameuses photographies. Rapidement, il réussit à mettre la main sur les copies des images et décident de faire équipe avec Gardner pour réaliser une enquête impartiale sur le sujet. Selon leur expertise, les photos ne semblent en aucun cas avoir été truquées.
En Août 1920, le duo fraîchement formé offre du meilleur matériel aux fillettes afin qu'elles puissent prendre de nouvelles photos des fées. Évidemment, les fées refusent d'apparaître si les deux fillettes ne sont pas toutes seules. Ces pourquoi un photographe du nom de Mr. Snelling se contentera de développer et d'authentifier les photos. Les jeunes filles retournent donc dans le boisé, s'amuser avec les fées et les résultats sont exactement comme le rêvait Conan Doyle, les jeunes filles prennent de nouveaux clichés, donc un qui est particulièrement surprenant et prouve, sans le moindre doute selon Conan Doyle, l'authenticité des images.
Sur la première (à gauche), nous pouvons voir la jeune Frances, de profil, qui regarde une fée qui semble bondir vers elle. Les regards ne semblent pas coïncider, mais peut-être que la petite créature avait tout simplement bougée trop vite. Sur la seconde image (celle de droite), une gentille fée, perchée sur une branche offre une fleur à Elsie.














Cette troisième et dernière photo est sans aucun doute la plus surprenante. C'est cette dernière qui fit durer le débat aussi longtemps. La photographie fût nommée "Les fées prenant un bain de soleil" et, contrairement aux autres clichés, les ailes des fées semblent en mouvement. C'est probablement la plus crédible des photographies.






Convaincu d'avoir mis la main sur des photos prouvant l'existence de créature magique, Conan Doyle partagea donc sa découverte avec quelques amis. Cependant, ces derniers n'étaient pas tous de son avis. La plupart soupsonnèrent un montage ou un trucage photographique. L'un d'entre eux lui fit d'ailleurs remarquer qu'une des fées porte une coiffure tendance...
C'est en décembre 1920 que la nouvelle parut dans le Strand Magazine. Conan Doyle y révéla toute l'histoire, tous les détails de leur enquête. Les fées existaient, des fillettes les avaient vues et un membre de la Société Théosophique, Geoffrey L. Hodson, prétendait en avoir vu et confirma par le fait même le témoignage des jeunes filles.
Il dit dans son article que: " toutes les objections possibles et imaginables ont été formulées et réfutées ". Il balaye l'objection des photographes " selon laquelle les silhouettes de fées projettent des ombres très différentes de celles des humains ". En fait, " les ectoplasmes, comme on nomme aujourd'hui les protoplasmes éthérés, ont une faible luminosité qui leur est propre et qui modifie considérablement les ombres ".
Pour conclure, Conan Doyle déclare: " il me semble que si nous les étudions davantage et découvrons de nouveaux moyens de les voir, ce petit peuple nous paraîtra aussi vivant et réel que le peuple des Esquimaux "; il précise que les fées sont " un composé d'humain et de papillon tandis que le lutin tient plus du lépidoptère "... Et si les fées paraissent tellement "conventionnelles", " c'est sans doute parce que, de génération en génération, les hommes ont vraiment vu les fées et en ont transmis une description exacte ".
Pour le créateur du célèbre Sherlock Holmes, il est évident que les fées et les gnomes existent. Lorsque ces collègues remettent en doute l'existence de ces créatures, il défend sa position fermement. Il déclarera d'ailleurs, en évoquant la possibilité d'un trucage, " toutes les objections possibles et imaginables ont été formulées et réfutées ". Il se moque des photographes " selon laquelle les silhouettes de fées projettent des ombres très différentes de celles des humains ". Selon si Arthur, " les ectoplasmes, comme on nomme aujourd'hui les protoplasmes éthérés, ont une faible luminosité qui leur est propre et qui modifie considérablement les ombres ".
Malgré les commentaires défavorables et l'incrédulité des gens qui l'entourait, Sir Arthur continua à croire en ses fées. C'est donc en août 1921, un an après avoir saisi ces fabuleuses images, que lui et Garnder proposent de renouveler l'expérience avec de l'équipement à la fine pointe de la technologie. En procédant de la sorte, ils seront capables de prouver que les fées sont bien en mouvement et que le tout n'est pas une supercherie. Malheureusement, le temps est maussade presque tout l'été et les créatures féeriques ne se présentent que durant les journées ensoleillées. Aussi, les jeunes filles ont grandit et il est évident qu'il ne sera pas évident de reprendre contact avec les fées. Elsie aurait eu ses règles, ce qui fait qu'elle n'est plus pure alors que Frances a été influencé par son éducation au pensionnat.
Il semblerait donc que les choses se compliquent pour sir Arthur. Heureusement, un médium, avec qui il va sur les lieux, lui confirme que la forêt est magique et remplie de fées, gnomes et farfadets. Heureusement pour lui, il aura un nouvel argument de poids contre ses adversaires septiques.
C'est donc en 1922 que Conan Doyle écrit un livre nommé relatant les détails de l'affaire Cottingley. Ce livre nommé The Coming Of The Fairies raconte l'aventure vécue par les deux jeunes filles, les recherches de sir Arthur ainsi que les critiques auxquelles ont fait face Doyle et Arthur. Cependant, l'auteur est formel, les fées existent et les photos sont originales. C'est cette position qu'il défendra jusqu'à sa mort, 8 ans plus tard.
C'est des années plus tard, en 1983, que suite à un article parut dans un journal anglais au sujet des fées de Cottingley, le journaliste reçu une très imposante lettre signée de la main d'Elsie. C'était une lettre d'aveux. La femme qu'était devenue Elsie (elle était maintenant âgée de 82 ans) n'en pouvait plus de faire duré le mensonge. Frances, 76 ans, confirma toute l'histoire.
"...(Vous avez) fait preuve d'une bien grande compréhension pour les beaux draps dans lesquels nous nous sommes mises, Frances et moi, ce jour bien lointain de 1916, lorsque notre petite plaisanterie est tombée à plat et que personne n'a voulu croire que nous avions pris des photos de vraies fées.
"Rendez-vous compte que si seulement on nous avait crues, notre farce aurait pris fin tout de suite et nous aurions tout raconté; j'avais quinze ans et Frances huit.
"Mais on s'est moqué de nous au contraire et tout le monde nous a demandé en riant comment nous nous y étions prises, et, toutes les deux, nous nous sentions très bêtes et nous avons laissé tomber, jusqu'au jour où, quelques années plus tard, Conan Doyle s'en est mêlé.
"Mon père m'a dit que je devais raconter immédiatement comment j'avais fait ces photos, alors, comme la plaisanterie était mon fait, j'ai pris Frances à part pour en discuter sérieusement. Mais elle m'a suppliée de ne rien raconter, parce que depuis l'article dans le Strand Magazine , on la taquinait à l'école (NDA : le nom des protagonistes s'était bien sûr éventé assez vite). J'avais aussi de la peine pour Conan Doyle. Nous avions lu dans les journaux qu'on lui adressait des commentaires désagréables à cause de l'intérêt qu'il portait au spiritisme, et maintenant on se moquait de lui parce qu'il croyait à nos fées. (...) Il venait de perdre son fils à la guerre (NDA : blessé gravement durant la bataille de la Somme, celui-ci était mort de la grippe espagnole, ainsi d'ailleurs que le frère cadet de Conan Doyle) et le pauvre homme essayait certainement de se consoler comme il le pouvait avec des choses qui ne sont pas de ce monde.
"Alors j'ai dit à Frances : "Bon, nous ne dirons rien puisque Conan Doyle et M. Gardner sont les deux seules personnes autour de nous qui ont cru à nos photos de fées et comme ils ont au moins trente-cinq ans de plus que nous, nous attendrons qu'ils meurent de vieillesse et, après, nous dirons tout (...)."
Les fillettes avaient tout simplement découpé des images de fées et collé sur des épingles, qu'elles avaient ensuite enfoncées dans le sol. Rien de bien compliqué. Le fait le plus surprenant est que l'auteur des dessins originaux n'a jamais vu ou reconnu son travail, malgré la popularité incroyable que ces clichés ont obtenue. La solution avait été trouvée en 1920, mais les rêveurs ne voulaient pas y croire.
Finalement, sur son lit de mort, l'une des dames déclara que malgré leur fraude évidente, elles avaient bien vu des fées dans la crique de Cottingley. Le mystère reste entier. Laissons la légende enchanter nos rêves...












Elaura Alice Kazu marquent un point

_________________


Du calme!
Car aujourd'hui, c'est le premier jour du reste de ta vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labyrinthe.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 10   

Revenir en haut Aller en bas
 
10
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Labyrinthe : l'ultime défi :: Hors RP :: Taverne du Labyrinthe :: Petit jeu du MDJ-
Sauter vers: