Labyrinthe : l'ultime défi

¤ Jusqu'où êtes vous prêts à aller pour survivre ? ¤
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Avana Cerebrindel Telrùnya

Aller en bas 
AuteurMessage
Avana

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Avana Cerebrindel Telrùnya   Lun 29 Déc - 22:59

Nom : Cerebrindel Telrùnya

Prénom : Avana

Surnom: Eärwen ce qui signifie *jeune fille de la mer*

Age : 129 ans mais 17 ans en apparence physique

Sexe : Féminin

Sexualité : Hétéro

Race : Mi-Elfe, Mi-Sorcière

Pouvoir : Cette jeune élémentaliste invoque les pouvoirs de la terre, de l’air, du feu, de l’eau, des ténèbres et de la lumière pour se plier à leur volonté et afin de les utiliser pour pouvoir vaincre ses ennemis. Ses sorts se limitent toutefois à l’utilisation des six éléments de base, bien qu’elle puisse les utiliser de la forme qu’elle désire et aussi bien en attaque qu’en défense. Elle utilise également de la magie pure, autrement dit, la magie sous toutes ses couleurs. Elle utilise les rituels et les flux magiques, pouvant ainsi guérir les blessures ou lancer des attaques très puissantes d’ordre psychique, ou faire apparaitre des objets, accélérer le temps…

Malgré ses puissants pouvoirs, elle est également très faible. Comme tout le monde, elle a un maximum d’énergie et quand celui-ci est épuisé. Elle ne peut plus se servir de ses pouvoirs jusqu’à ce qu’il soit rétablie à sa force maximale. Pendant ce moment, elle doit se combattre avec ses armes.

Objets : Habituellement, les personnes de sa race sont de fort piètres combattants physiquement mais la plupart d’entre eux se dépatouillent avec une arme. Cependant, Avana est très différente des autres. Une combattante expérimenté, elle a du apprendre à se battre très jeune. Voici c’est armes....

~ arc + carquois: 20 flèches
~ Épée double dentelés

Caractère : Comme un elfe, elle dort très peu, sa proximité et sa connaissance de la Nature lui ayant permis de découvrir des secrets vieux comme le monde, entre autre la régénération par la méditation avec l’emprunt des flux magiques et Silvestre habitant les plantes, lors de cette transe. L’ouïe et la vue elfiques dont elle possède est sur développées, et elle possède le don de nyctalopie. Selon les lignées, elle peut rester sous l’eau beaucoup plus longtemps que les autres races, et toute sa race ont cette durée de vie étrange, dont personne n’a encore calculé les limites. Mais passons aux points faibles, Hyper-sensibilité lui offrant un lunatisme plus que poussé et des réactions souvent inattendues, cela lui est souvent reproché. Elle évolue peu ou très longuement dans le temps. Les blessures sont toujours plus graves chez elle et malgré la résistance supérieure grâce à « l’éternelle jeunesse », les soins doivent être prodigués très rapidement. Généralement, les êtres comme elle sont fin. Elle ne peut donc pas transporter ou manipuler des choses trop lourdes et ne peut pas trop encaisser de coups violents. Peu de sa race aime partir à l’aventure et quitter leur forêt natale. Les elfes sont peu nombreux comparées aux Hommes, la reproduction étant beaucoup plus lente et étrangement, pas très mentionnée.

Heureusement, Avana n’est pas seulement une elfe mais sorcière la fois. Ainsi, elle a la force d’une vraie combattante. Mais n’est malheureusement pas seulement une bonne personne. Elle a aussi du mauvais en soi. Être contre elle, serait sans doute la pire de vos erreurs.


Physique : Avana possède une démarche légère et assurée. Sa voix est douce et surtout très apaisante d’un accent très léger. La peau hâlée, possédant de longs cheveux bruns au reflet d’orées légèrement ondulé jusqu’à la finissions de son dos. Elle a les yeux verts Émeraudes qui étincellent dans le noir, afin d’être reconnus des elfes normaux. Cependant, ceux-ci peuvent devenir Or quand elle est entrain d’utiliser de son énergie. Devenant complètement noir quand elle n’en n’a plus du tout. Son visage est en forme de cœur, elle a de grands yeux, un nez fin, des lèvres parfaites, rosés et pulpeuse. Comme nous pouvons dire très sensuelle. Ses sourcils sont légèrement plus foncés que ses cheveux et sont plus droits qu’ils ne sont courbés. Mince et élancée, légèrement musclée. Possédant une courbe féminine parfaite et idéale…

Histoire : **Eärwen prit place sur l’herbe verte, le dos accoté sur un gros rocher entouré de fleurs orangées à longues tiges, typiques de la région de Gwenda. Elle prit le temps d’humer l’air en fermant les yeux… Elle sortit de son sac en cuir de miel des feuilles de parchemin, des plumes et une fiole d’encre. Elle appuya les pages à plat sur sa sacoche et ramena ses genoux vers elle pour assurer un appuie convenable à l’écriture. Elle choisit une plume bien taillée, la trempant dans l’encre, et se mit à l’ouvrage…**

Je me nomme Eärwen. Je suis une mi-elfe, mi-sorcière expérimenté et je vais vous partager une partie du récit de ma vie. Pour votre connaissance et votre plaisir, compagnons, mon nom signifie « jeune fille de la mer » en elfe. Il a été choisit pour corroborer ma naissance, lors du jour où notre peuple se fit attaquer. Les douleurs de l’enfantement qu’avait surpris ma mère Lizzie sous l’Arbre des mondes, alors qu’elle s’était éloignée du campement pour me sauver des prédateurs qui ne sésame point de la pourchasser. Elle avait donné naissance seule, dans le sang et dans les cris et, épuisée, l’enfant glouton ( c’est-à-dire moi ) attaché à son sein, elle avait déliré pendant plusieurs heures. Le corps brisé par le déchirement de l’accouchement, des Kobolds l’avaient retrouvé et avaient fini leur devoir en finissant sais jours. Cependant, il me laissèrent ainsi avec l’espoir que je ne pourrais survivre. Mais heureusement, des elfes de notre peuple avait survécu et m’avaient retrouvé deux jours plus tard.

Je fus donc élevée par Mère Enora, une sorcière très puissante, la sœur aînée de ma mère avec beaucoup d’affection ainsi que mon père un haut-elfe. Elle m’a appris l’amour de la vie, de belles histoires de mon peuple et les valeurs qui mèneront ma vie : la compassion, l’intégrité et le courage. J’ai parfait avec elle mon talent à l’épée et apprise les bases du maniement de l’arc. Elle ma aussi apprise à me servir de mes pouvoirs. J’ai également développé un talent pour le chant et pour raconter des histoires. J’ai reçu le talent de rêverie, qui me permet aussi de réfléchir sur le passé et le futur et me permet de comprendre les événements de ma vie. Je suis donc devenue combattante elfe, défenderesse du territoire elfique. L’endroit qui est ma maison, où je suis née, où ma mère à grandi malgré sa race tout comme moi. À cette époque, je me suis surtout battue pour repousser les nombreux clans d’orques des terres elfes, ainsi que de nombreuses créatures qui posaient un danger sur notre territoire.

Je n’ai acquit mon titre de guerrière ou chevalier appeler ça comme vous voulez, que quelques années plus tard, après beaucoup d’efforts et de peine. Je devais voir le monde pour comprendre le sens de ma vie. J’ai donc voyagé à travers les terres d’Aranarth, en aidant les elfes et les forces du bien au meilleur de ma compétence. J’ai vu les beautés d’Aranarth, mais aussi les défauts des hommes. J’ai appris à mes dépends qu’on ne devaient pas toujours faire confiance aux autres. J’ai vite perdu mon innocence et j’ai constaté que le Mal et les Bien n’étaient pas que noir et blanc.

J’ai aussi cru pendant longtemps que les elfes noirs et les orques nobles étaient tous voués au mal et que tous les elfes étaient bons. Je me suis trompée. Bien que la majorité des représentants de ces races soient comme je les ai décrits, une minorité toujours grandissante ont des valeurs contraires à leurs congénères. Depuis ce temps, je prends toujours le temps de mieux connaître les gens et leur personnalité pour les juger par les actes et leurs convictions, plutôt que par leur origine.

** La jeune mi-elfe, mi-sorcière s'assura ensuite de laisser sécher la dernière page, puis mis sa volumineuse missive dans un tube à parchemin. Pour le moment, elle s'accota sur le rocher et partit doucement en rêverie, le vent caressant ses longs cheveux bruns au reflet d’orées...

Au loin, les jumeaux, l’appela pour qu’elle vienne les rejoindres ce qui la sortie rapidement de ses songeries. Ses frères l’attendaient pour commencer à déjeuner pour ensuite préparer leurs filets. En fait, ils étaient quatre. Adriel l’aînée, Klain et Fadril, les deux jumeaux, et Eärwen la cadette. Leur père avait déjà prit le bateau en direction du lac Leõramûnza, ce qui signifiait en leur langue « Lac des Oies Blanches ».

La journée s'annonçait belle pour les enfants. Ils devaient rejoindre leur père et se pratiquer pour le concours de demain après-midi. Eärwen venait d'atteindre ses quelque 129 ans, et était en droit d'accompagner ses frères pour la partie de pêche, le lendemain. Elle s'était bien pratiqué pour cette journée. Depuis qu'elle avait 100 ans, à chaque été, elle aidait son père à rapporter les filets.

Elle avait un bon caractère, cependant, elle avait une tête de mule, ce qui ne plaisait guère à ses frères, qui eux, étaient de parfaits petits anges, Mère Enora, bonne cuisinière, ce qui plaisait à toute la famille, ainsi qu'aux voisins, et le père, toujours aussi dévoué à sa famille. Ils vivaient confortablement jusqu'au jour ou...

Revenons à nos moutons. Les quatre enfants partirent à la pêche. Les jumeaux devaient avertir les deux autres lorsque le temps du déjeuner arriverait. Eärwen était embarquée, avec son frère aîné, dans un petit bateau rouge ( qui ressemblait à un canoë ). Son frère ramait de bon cœur. Eärwen était plutôt occupée à remonter et à lancer les filets. Ils avaient attrapé plus de 25 poissons depuis le début de la journée. Ils venaient de repérer leur père, les saluant. Eärwen fit de même mais en se levant elle fit chavirer le bateau. Son frère et elle étaient de bons nageurs, ils réussirent donc à remonter à bord du bateau sans trop de dégâts. Elle et Adriel riaient. Les poissons s'étaient tous échappés.

Leur père vint les voir. Il leur offrit quelques poissons, qu'ils échangèrent sur une perche, car il était difficile de se rapprocher avec cette sorte de bateau. Ils échangèrent quelques phrases et puis retournèrent au travail. Cela faisait environ deux heures qu'ils pêchaient ainsi. Eärwen demanda à Adriel de se rapprocher de la berge, car il était temps de se rassasier. Ils avaient assez de '’ Sophagos Dorés '’, car tels étaient les poissons qu'ils pêchaient. Les jumeaux n'avaient pas encore sonné le cor, mais la faim d'Eärwen se faisait grande.


Alors qu'ils se rapprochaient, Adriel vit une masse sombre sur l'eau. Plus ils approchaient, plus les traits de la '’ masse '’ étaient visibles. Adriel, qui avait une très bonne vue, ne distinguait guère ce qu'il y avait à l'intérieur de la barque. On aurait dit deux carquois de flèches, avec deux manteaux épais et sombres. Lorsqu’ils étaient à peu près à 50 mètres de la barque, Adriel commença à ramer plus vite, car il avait un pressentiment... de danger.

- Adriel ! Que se passe-t-il ? Lui ai-je crié.
- Regarde, le carquois avec l'écaille de dragon...
- Celui de Fadril ! Ho non... que lui est-il arrivé ? Repris-je.

Nous étions très près de la barque. Il n'y avait à l'intérieur que leurs vestes, leurs arcs et leurs flèches avaient disparus. Nous descendîmes de la barque et accoururent vers la forêt, chercher les jumeaux.

Eärwen avança lentement, elle savait que ses frères adoraient jouer des tours. Si celui-ci était une simple blague, et bien, elle aurait bien marché. Elle avança lentement, elle et Adriel s'étaient séparés, ainsi, ils pourraient mieux chercher les jumeaux.

Elle arriva au bord d'une vieille souche, à peine plus grosse qu'elle. Elle la contourna, et que vit-elle ? Klain la surprit, l'accueillit avec un grand...

- Bouh !

Eärwen sursauta, bien évidemment. Elle avait les larmes aux yeux et s'apprêtait à frapper Klain, quand ils entendirent un grognement. Un kobold passait derrière eux. Ils étaient fréquents, dans cette région. Klain et Eärwen contournèrent la souche d'un pas vif et silencieux. Ils n'étaient pas armés, donc il n'était pas sage de s'aventurer près d'un kobold, en furie comme celui-ci. Après dix minutes de silence absolu, Eärwen et Klain sortirent de leur cachette.

Ils riaient énormément. Lorsqu'ils se remirent debout, Eärwen regarda droit dans les yeux de Klain. Ils se regardèrent un court moment. Le visage d'Eärwen prit une teinte bleutée. Klain se demandait ce qu'il n'allait pas. Il s'apprêtait à le lui demander, quand le kobold surgit de derrière la souche, prit Klain et le mordit à plusieurs endroits.

Le spectacle fut terrible. Eärwen eu si peur qu'elle resta pétrifiée. Elle resta immobile, comme une statue de pierre. Son frère la suppliait de lui venir en aide. Eärwen n'osa pas bouger. Klain hurlait et se débattait. Plus il bougeait, plus le monstre le serrait fort.

Au bout d'un moment, Klain ne criait plus. Ses vêtements étaient en lambeaux. Eärwen regardait le terrible spectacle. Le kobold la regarda et partit, le frère d'Eärwen entre les pattes. C'est lorsqu'il disparut qu'Eärwen comprit la gravité de la situation. Elle s'effondra en larmes, sur le sol humide et rouge.

- Pourquoi n'ai-je rien fait ? Pourquoi ? Pourquoi ! Elle se le répétait sans cesse dans sa tête.

Son corps était recouvert de sang. Elle prit les quelques morceaux de
tunique ( ce qu'il restait de son frère ) qui traînaient un peu partout sur la place. Elle attendit en pleurant l'arrivée d'Adriel et de son père qui arrivèrent en courant.

Mais avant qu’il puisse la rejoindre, elle sentit une terrible douleur la parcourir, la soulevant à son tour dans les airs. Elle laissa sortir un énorme crie de désespoir ainsi que de douleur avant de s’éteindre et de tomber brusquement au sol. Était-elle morte, elle aussi? **

P.s: Entre les membres de son peuple, ceux-ci, l'appellèrent tous Eärwen. C'est donc pour cela que tout au long de l'histoire je l'ai nommée ainsi. Mais son vrai nom est Avana.


Code : okidou


Vous voulez quoi comme rang ? ("Bisounours Enragé" par exemple)


Dernière édition par Avana le Mer 7 Jan - 21:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avana

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Avana Cerebrindel Telrùnya   Mer 7 Jan - 21:22

Présentation terminée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chelsea
Jeune Ecervelée
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 28
Sexualité : Hétérosexuelle
Pouvoir : Le feu
Arme : Une épée
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Avana Cerebrindel Telrùnya   Mer 7 Jan - 21:28

Très belle histoire
bienvenue
tu es validée, bonne aventure Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Avana Cerebrindel Telrùnya   

Revenir en haut Aller en bas
 
Avana Cerebrindel Telrùnya
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Labyrinthe : l'ultime défi :: Hors RP :: L'antre du labyrinthe :: Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers: